Photo animalière

La photographie animalière allie deux pratiques, la photographie et l'observation des animaux. Pour arriver à réaliser de beaux clichés d'animaux sauvages, il faut continuellement s'adapter tant aux animaux qu'aux conditions parfois dures de prises de vue.

En niveau de la photographie, il est nécessaire de connaître son matériel au mieux possible. Ainsi, il est préférable de ne pas faire uniquement des photos d'animaux, mais de pouvoir être un peu plus polyvalent, afin de s'entraîner à manipuler son appareil lors de situations plus aisées. De plus, bon nombre d'animaux sont habituellement presque impossibles à observer la journée - soit cachés soit en altitude dans des endroits souvent inaccessibles - et se montreront à nouveau en fin de journée. Il est alors important de maîtriser son appareil dans des conditions de faible luminosité. 

De plus, les animaux bougeant souvent de manière imprévisible, il est donc utile de savoir réaliser des clichés rapidement et en utilisant des temps de pose assez courts, pour pouvoir figer les moindres mouvements. Contrairement à des sujets fixes, autour des quels on peut se déplacer, ou à des humains à qui l'on peut demander de se positionner différemment ou de tourner la tête, la photographie animalière ajoute la difficulté de devoir s'adapter aux animaux. En effet, comme il est impossible de demander à un animal sauvage de tourner la tête ou de se déplacer, il est nécessaire de se déplacer soi-même pour arriver à avoir l'arrière plan désiré derrière l'animal, et à capter l'instant où l'animal regarde dans notre direction pour le photographier. 

Certains animaux sont évidemment plus aisés que d'autres à observer. De plus, il est important de les connaître au mieux, de connaître leurs habitudes de vie tout au long de l'année, pour pouvoir trouver des endroits dans lesquels on a des chances de les observer. 

Certains animaux nécessiteront une tenue de camouflage très poussée, qui flottera dans le vent simulant des feuilles d'arbres, ainsi que de rester le plus souvent dans un affût à attendre parfois de longues heures que des bêtes sortent dans la clairière pour brouter de l'herbe fraîche pour avoir une chance de les observer. En parallèle, d'autres espèces, moins farouches, supporteront de voir des humains, même moins bien camouflés, voir accepteront notre présence à proximité, tout en nous surveillant de manière à s'assurer que l'on ne présente aucune menace pour eux. 

 Les jeunes sont généralement plus curieux, moins craintifs et osent parfois s'approcher de nous, avant parfois de se faire remettre à l'ordre par des individus plus âgés et conscients du danger que nous pouvons, selon eux, représenter. 

Et parfois, malgré toutes nos précautions, ou nos moments de naïveté, la nature nous réserve des belles surprises. On peut parfois se sentir trop confiant, et faire fuir des bêtes que nous espérions observer de plus proche. Chaque amoureux de le nature qui est honnête doit reconnaître avoir déjà fait peur à des animaux, souvent car on ne les a pas vu ou que nous avons accidentellement manqué de discrétion, en faisant craquer une branche sur laquelle nous marchions par exemple. 

A l'inverse, il arrive également de se retrouver face à face avec des animaux à un endroit où nous ne nous attendions pas à en voir, et de passer de longues heures à les observer et à les photographier dans des conditions paradisiaques. 

Et même en maîtrisant parfaitement notre équipement, et en étant très attentifs, les plus beaux échanges, ceux où l'on se retrouve par exemple nez à nez avec un bouquetin que l'on imaginait plus distant, ne peuvent pas être photographiés. A défaut d'être imprimés sur notre appareil photo, Ils resteront par contre longtemps pour nous parmi les plus merveilleux et inoubliables souvenirs que nous n'ayons jamais vécus.